Gérer son énergie en temps de confinement : leçons des arts millénaires chinois

Posté le 30 mars 2020 par Carmel Connell, Consultante Associée The Myers-Briggs Company

Comment faire pour ne pas céder au catastrophisme face aux informations anxiogènes qui remplissent actuellement tout l’espace numérique ? Que pouvons-nous faire pour rester sereins devant ce système viral de l’information ? Comment gérer son énergie et transformer une contrainte en opportunité ? 

En effet, le câblage de notre cerveau ne nous facilite pas la tâche ! Les neurosciences ont mis en évidence les réseaux de neurones qui se sont formés au fil de l’évolution afin de nous alerter des menaces dans notre environnement et assurer ainsi notre survie. Ce biais de négativité tout naturel du cerveau nous mène donc à retenir davantage le négatif que le positif et à réagir plus vivement à un stimulus négatif qu’à un stimulus positif. Et oui, c’est ce qui fait booster l’audimat des chaînes de télévision lors des évènements dramatiques et c’est ce qui nous retient obnubilés devant l’écran ! Comme dit Rick Hanson dans son livre « Le Cerveau du Bouddha », le négatif est comme du Velcro pour notre cerveau – ça colle ! Et le positif est comme du Teflon – ça ne colle pas ! 
Comment corriger alors ce biais du cerveau ?

Nous pouvons choisir de cultiver la pensée positive : 

Commencez par réduire au stricte minimum le temps passé à regarder les informations à la télévision pour éviter de broyer du noir. Plusieurs pratiques peuvent aider à faire le vide dans son esprit : courtes méditations, cohérence cardiaque (de nombreuses méthodes, applications pour Smartphones et vidéos disponibles sur internet), ou les qi gongs, une gymnastique douce issue de la Médecine Traditionnelle Chinoise qui favorise la détente mentale et corporelle par les étirements et les visualisations.

Cherchez activement à vivre des expériences positives et les laisser pénétrer en vous :

Les émotions positives qui en découleront vont élargir vos modes habituels de réflexion, augmenter votre optimisme et renforcer votre système immunitaire. 

Dirigez votre esprit vers des activités qui vous procurent un véritable plaisir : 

Vous vous trouverez ainsi dans une énergie positive. Dans le Yi King, grand classique de la culture traditionnelle chinoise, il est écrit « yi dao, qi dao » : où va l’esprit, va l’énergie (Qi ou Chi). En tant que pratiquant des qi gongs et du tai chi chuan, j’ai pu constater l’exactitude de ce dicton : dans ces arts millénaires chinois, nous cherchons à développer la circulation d’énergie (Qi) dans tout le corps. Nous y parvenons par la détente et par un travail sur le YI, qui peut être traduit par l’intention ou la pensée attentionnelle que nous portons à un geste, la capacité à amener le mental dans une partie du corps afin d’y diriger l’énergie. Par exemple, en tai chi, le simple fait de prêter attention à l’énergie qui circule jusqu’au bout des doigts rendra une action martiale plus efficace. 
En quoi voulez-vous mettre votre énergie en ce moment ? Visualisez l’atteinte du résultat afin d’y diriger votre énergie.

Carmel Connell Tai Chi

Laissez-vous guider aussi par vos préférences psychologiques : 

Utiliser ses préférences, c’est être branché sur la bonne prise. On y dispose de plein d’énergie. Votre connaissance de votre type psychologique vous permettra de vivre ce confinement comme un repli sur soi nourricier, une opportunité, voire un apprentissage. Quelles sont les deux préférences sur lesquelles vous vous appuyez le plus ? (Vos fonctions dominante et auxiliaire). Quels types d’activités pourraient les nourrir ? 

Ma façon de nourrir mes préférences :

Personnellement, au-delà du fait que j’ai du temps à investir dans les activités que j’adore, rester chez moi me reconduit à ce qui est essentiel pour moi : avoir du temps pour les relations, pour me reconnecter avec les personnes qui me sont chères et me sentir en harmonie avec elles, être à leur écoute et les aider à avancer au besoin. Ainsi, ma fonction dominante, le sentiment extraverti (Fe) est bien nourri. 
Cette période est aussi l’occasion de rentrer dans ma bulle pour avoir des éclairages différents sur la vie et pour laisser de nouvelles idées émerger au fil du temps. Mon Intuition introvertie a besoin d’un certain temps d’incubation, d’un espace intime où une vision intérieure de ma prochaine direction puisse se développer. En m’offrant cet espace-temps, je gère bien mon énergie et trouve un équilibre « soi-autres ». Ainsi, le confinement répond aux besoins de ma préférence psychologique n°2.

Et vous ? 
Sur quoi allez-vous porter votre attention pour faire le plein d’énergie ? Comment allez-vous nourrir vos préférences n° 1 et 2 ? Cette mise entre parenthèses de votre vie habituelle vous offre une opportunité. A chacun d’en tirer des bénéfices selon son profil.

 

 

 

Pour vous tenir informé des enjeux et tendances RH en développement humain, rejoignez notre communautés sur LinkedIn.

Posté dans