Quand MBTI et Mindfulness se conjuguent au present

Posté le 06 juil. 2017 par Fabrice Mézières, consultant associé OPP

Que ce soit lire un article sur un blog, préparer un dossier important, participer à une réunion au sommet ou encore jouer avec ses enfants… comment être présent à ce que l’on fait, ici et maintenant ?

Vous avez certainement entendu parler de Mindfulness, de Pleine Conscience ou encore de méditation ? Peut-être pratiquez-vous déjà cet entrainement mental, qui permet de développer notre capacité à être pleinement attentif et présent. Bien plus qu’un phénomène de mode, la Mindfulness aide à mieux appréhender les exigences d’un environnement professionnel qui génère souvent pression, hyper-connexion, surcharge d’informations et distractions.

La pratique de la méditation consiste par exemple, pendant une dizaine de minutes assis sur une chaise, à observer sa respiration ; il s’agit alors de prendre conscience de chaque distraction : extérieure – comme un bruit dans le couloir – ou intérieure – comme une pensée en lien avec votre dernière réunion ou l’e-mail que vous devez envoyer dans la journée – et de revenir à votre respiration. A chaque fois que vous revenez, vous entrainez votre attention !

Quand MBTI & Mindfulness se conjuguent au présent

Au-delà de cette pratique « formelle », la Mindfulness s’applique à toute activité, que ce soit savourer votre déjeuner, communiquer ou gérer vos priorités.
Explorons ensemble la façon dont le MBTI® peut vous aider à développer cette capacité à être pleinement présent.

 

Vos préférences : des ressources clés pour développer votre pleine conscience

Pour chaque dimension du MBTI®, je vous propose d’explorer en quoi chacune des préférences sera une ressource pour vous accompagner dans votre pratique de la Mindfulness.

La capacité de concentration et d’introspection mise en œuvre pour la Mindfulness sera sans doute favorisée par une préférence pour l’Introversion. 
De l’autre côté, pour éviter de se perdre dans ses réflexions intérieures, l’Extraversion favorise l’ouverture au monde extérieur.
Quelle que soit votre préférence, il vous suffit de penser à utiliser vos fonctions Dominante et Auxiliaire de façon équilibrée !

La Mindfulness est aussi une pratique de perception des sensations (un son dans le bâtiment, une odeur, une démangeaison dans votre jambe…) et des souvenirs, ainsi que la prise de conscience des idées ou des réflexions associées. Cela fait donc appel respectivement à la Sensation et l’iNtuition. 

L’entraînement de la capacité d’attention consiste à prendre conscience de toutes ces « distractions », qui peuvent donner naissance à des associations ou inspirations, puis à revenir à l’ici et maintenant, ni dans le passé, ni dans le futur : juste au présent. 

L’utilisation de nos fonctions de Perception est alors essentielle : Dominante ou Auxiliaire et aussi Tertiaire ou Inférieure. La Mindfulness permet d’augmenter la bande passante du conscient, et donc d’apprivoiser les fonctions non-préférées.


Une préférence pour la Pensée peut être une ressource pour prendre du recul, accueillir avec objectivité et neutralité ce qui nous arrive, que ce soit agréable ou désagréable. Une préférence pour le Sentiment favorise la connexion à son ressenti vis-à-vis de la situation, notamment si vous vous sentez stressé, crispé, ou si une émotion apparaît… 

L’utilisation de nos fonctions de Jugement est alors essentielle : Dominante ou Auxiliaire, puis Tertiaire ou Inférieure.


Ces deux préférences répondent aux deux principes fondamentaux de la Mindfulness :

- « Me focaliser sur ce que je choisis » (par exemple, ce dossier important sur lequel je mets ma priorité cet après-midi)

- « Rester ouvert pour choisir ma distraction en conscience » (par exemple, cette demande client urgente, qui ne me prendra que 5 minutes… ou pas).

Une préférence pour le Jugement facilite l’application du premier principe, une préférence pour la Perception est aidante pour le second. 

A partir de sa zone de confort, chacun pourra identifier et observer son rapport au temps – plus ou moins élastique – et prendre conscience de la détente ou de la crispation ressentie face aux échéances. 


En synthèse, la pratique de la Mindfulness permet de cultiver ses ressources – en prenant conscience de sa zone de confort – et de travailler sur ses zones de développement potentiel. L’essence de la Mindfulness réside dans la capacité à faire le choix de ses réactions, en connaissant ses préférences pour éviter de répondre systématiquement en « mode automatique ». 
 
Fabrice Mézières, consultant associé OPP Fabrice Mézières, consultant associé OPP
 

Retrouvez Fabrice lors d'un atelier sur la quête de sens à l'occasion de l'évènement MBTI 2019 

Posté dans